Premières lueurs - De la poésie et odes sentimentales romantiques.

 CopyrightFrance.com
Aller au contenu

Menu principal :

Premières lueurs

Tristesse
Premières lueurs
Premières lueurs.
Dans une pièce mal éclairée,
C’était là que je tombais,
Sur terre, les pieds par-devant !

La tourmente dehors sévissait,
Sur des chiens qui hurlaient,
A la mort tout en courant !


Au loin on entend japper,
Des chacals affamés,
Qui n’avaient rien sous la dent !

Près du cimetière gisait,
L’âme que j’attendais,
Était celle d’un mort vivant !

A mi course j’étais coincé,
Ma mère m’étouffait,
Avant de naître j’étais souffrant !

J’ai dû être réanimé,
Mais pour ne plus exister,
Dieu savait ce qui m’attend !

R.HOUYOU

Retourner au contenu | Retourner au menu