Vilaine gueule - Poèmes de Songes.

 CopyrightFrance.com
Aller au contenu

Menu principal :

Vilaine gueule

Voyage
Vilaine gueule.
Crois-tu que j'avais vraiment envie de faire l'intéressant ? Sûrement pas si tu me connaissais vraiment. J'avais promis d'être beaucoup plus ouvert et plus dynamique. Résultat : Zéro ! Et pourtant j'avais bien le sentiment de l'être avant de venir. Seulement voilà ! J'en ai laissé des plumes ! Balourd comme une statue figée par le poids des âges, je ne me détendrai plus au bord d'une rivière où coulait une eau limpide. J'en ai même reproché à celle qui voulait m'y emmener de l'avoir fait alors qu'elle savait que j'adorais cet endroit, c'est pour cette raison qu'elle l'avait fait !
Pire que ça, je me suis mis à cracher comme un vilain cochon, sur les lieux où je devrais normalement me remémorer plein de bonnes choses. Je sentais en faite ce jour-là, l'amertume de toute ma vie, celle que je n'avais jamais ressentie, celle que je ne connaissais pas jusqu'à cet ultime moment et je ne pouvais m'empêcher de cracher. Mais c'est très vilain ! Ce jour-là je ne sentais plus la chaleur d'un âtre à l'intérieur d'une cabane ensevelie au fond de la neige. Je ne rêvais plus à l'intérieur de ma voiture sur la bande d'arrêt d'urgence d'une autoroute Parisienne, sous la pluie qui tambourinait sur le toit de ma bagnole. J'étais le pigeon voyageur qui arrivait juste au dessus de sa destination mais qui n'a pas rempli son contrat et hésite de se poser. Je n'ai pas rempli la mission dont on m'avait investi. Alors, un homme balourd, aussi mou qu'un gros mollusque marin, aussi dégueulasse qu'une benne à ordure, grincheux et paradoxalement monotone comme une pierre sédentaire, je crois que tu n'as rien à cirer ! Mais alors rien…rien…rien !
J'avais enduré depuis, deux années d'anxiété, deux années de moins dans ma vie, je m'en suis sorti grâce à dieu, mais j'y ai laissé vraiment des plumes au risque de me répéter. Que veux-tu la chance n'est pas de mon côté, tant pis pour moi. Peut-être est-ce tout ce que je méritais ? qui sait ? Une chose est sûr, c'est que je repprochrerai à jamais à dieu de m'avoir créer sur une terre maudite. Pourtant je n'avais jamais fait de mal à personne ! Ce qui est dur c'est sûrement de vivre parmi des imbéciles, qui vous prennent, vous, comme le plus imbécile des autres. Ça c'est vraiment terrible à supporter !

Jean HOUYOU


Page d'accueil | Amour | Rêve | Rencontre | Voyage | Vie | Tristesse | Contact | Plan général du site
Retourner au contenu | Retourner au menu